JEU CONCOURS 2024: LES RÉSULTATS DU TIRAGE AU SORT!

Vous avez été nombreux à participer à notre Grand Jeu Concours SESVanderHave.

Il fallait répondre correctement aux quatre questions posées pour pouvoir participer au tirage au sort et remporter un séjour à Vienne ou l’un des 10 sacs weekend Cabaïa mis en jeu.

  • Question 1: Quelle est la variété la plus vendue en France en 2023: TOTEM
  • Question 2: Quel est la variété nématodes SESVanderHave référence en cercosporiose ? ARUM
  • Question 3: Quelle est la variété rhizomanie 1ère en productivité en moyenne 2022/2023 ? DAUPHIN
  • Question 4: Quelle est la variété nématode 1ère en productivité en terrain infesté en moyenne 2021/2022/2023 ? PIVOINE

M et Mme CALLENS, betteraviers en Eure-et-Loir, ont remporté le premier prix : un séjour pour deux personnes à Vienne.

SESVanderHave remercie l’ensemble des participants et félicite les gagnants dont la liste est consultable ici.

Comment conserver les semences SESVanderHave ?

Vos semis sont finis, il vous reste des semences SESVanderHave? Retrouvez ci-dessous nos conseils pour bien les conserver.

(suite…)

De nouvelles variétés font leur entrée dans les essais en 2024!

Après la publication des résultats des variétés déposées au CTPS, ce sont au total 4 variétés tolérantes à la rhizomanie et 6 variétés tolérantes au nématode qui ont été inscrites par SESVanderHave cette année.

Certaines intégreront dès les semis 2024 dans le réseau de post-inscription ITB/ Services Agronomiques de Sucreries.

Tour d’horizon des variétés SESVanderHave que vous retrouverez dans les essais du réseau ITB/SAS en 2024 :

Pour les variétés déjà expérimentées, vous pourrez retrouver Aigle, Mobidick, Totem, Caméléon, Dauphin, et Hibou.

Pour les variétés nouvelles, le choix s’élargie avec :

  • COCCINELLE, variété très riche,
  • DAIM, variété très productive et bon comportement face à la jaunisse virale,
  • BROCARD, variété équilibrée à tendance riche,
  • LEMMING, variété équilibrée avec une très bonne tolérance à la cercosporiose,
  • OURS toute nouvelle génération de variété à très haute tolérance à la cercosporiose.

Aigle et Ours sont également tolérantes à la forte pression de rhizomanie.

Sur le segment du nématode, Arum, Pivoine, Chêne et Glycine sont reconduites dans les essais.

En ce qui concerne les nouveautés,

  • ARMOISE et MUSCADE, riches et productives sont également des variétés tolérantes à la forte, pression de rhizomanie
  • CITRONNIER variété très productive,
  • LUPIN génétique à haute tolérance à la cercosporiose.

Sur le segment rhizomanie rhizoctone brun, Rainette et Mamba constitueront notre gamme rhizoctone brun dans les essais 2024.

Sur l’ensemble des nouveautés présentées l’accent a été mis sur le comportement face à la jaunisse et à la cercosporiose.

Rendez-vous en novembre 2024 pour découvrir les résultats de ces dernières innovations génétiques.

AVEC SESVANDERHAVE, GAGNEZ UN SÉJOUR À VIENNE !

Découvrez nos recommandations sur le choix des variétés pour vos semis de betteraves 2024 et participez à notre jeu concours, avec la mise en jeu d’un voyage pour deux personnes à Vienne à réaliser quand vous le souhaitez ou l’un des 10 sacs de voyage Cabaïa mis en jeu.

Pour jouer, c’est simple: 4 questions sont à compléter ci: https://www.sv-online.fr/vienne2024/

Conviso® Smart : Partage d’expérience de Damien Arnould, agriculteur dans le Val d’Oise.

Des variétés sont maintenant commercialisées dans plusieurs pays Européens et des expérimentations élargies ont été conduites en France en 2022 et en 2023. Damien Arnould, agriculteur dans le Val d’Oise, utilisateur de cette technologie, nous partage son expérience.

Pourquoi avez-vous choisi de semer des variétés CONVISO® SMART en 2023 ? Damien Arnould :
Je sème 150 ha de betteraves sucrières dont 12 ha ont été semés avec la variété SANDPIPER SMART de SESVanderHave. Depuis plusieurs années, je rencontre des problèmes de betteraves sauvages sur des parcelles reprises d’une ancienne sucrerie. Le coût de destruction de ces montées à graines s’élevait à 181 €/ha, ce qui est non négligeable. C’est également de plus en plus difficile de trouver de la main d’œuvre pour réaliser ce travail.

Quels sont les avantages de cette technologie ? On réduit le nombre de passages de désherbage à 2, et de ce fait le nombre d’IFT (Indicateur de Fréquence de Traitements phytosanitaires) ainsi que la manipulation de produits. De plus, je n’ai plus besoin d’employer du personnel pour retirer les betteraves
sauvages cependant je dois toujours faire des passages pour retirer les montées de l’année, cela est primordial.

Quels conseils pouvez-vous donner aux futurs utilisateurs ? La patience. En effet il est très important d’attendre le bon stade de développement du chénopode ou de la principale flore pour traiter si on souhaite obtenir une efficacité optimale. Il faut également prêter attention aux dérives sur les cultures conventionnelles ou sur les cultures voisines. En plus du rinçage du pulvérisateur, il est conseillé de traiter les variétés classiques en premier avec le traitement conventionnel et de terminer par les variétés avec le CONVISO® SMART. Cette technologie est nouvelle et encore méconnue des agriculteurs, c’est pourquoi il est important d’être bien conseillé et suivi par les responsables agronomiques de sucreries, l’institut technique, le semencier et Bayer.
Je sèmerai à nouveau des variétés CONVISO® SMART en 2024 pour continuer à maitriser les betteraves
sauvages. Cependant, selon moi, les variétés CONVISO® SMART doivent être utilisées uniquement lorsque cela est nécessaire. Le coût de la semence est plus élevé par rapport aux variétés classiques, l’efficacité reste néanmoins limitée sur certaines graminées et le niveau de productivité des variétés
CONVISO® SMART n’atteint pas encore celui des variétés conventionnelles.

Jaunisse : La génétique pour bien gérer l’après néonicotinoïdes

En janvier 2023, la cour de justice Européenne a pris la décision d’interdire l’utilisation des néonicotinoïdes en enrobage de semence y compris sur dérogation. Cet arrêt fait peser un grand risque pour les agriculteurs et les acteurs de la filière. Pour nos sélectionneurs, cette décision arrive un an plus tôt que prévu, et si la génétique progresse sur le sujet il faudra encore combiner les leviers pour 2024.

Interview de Jan Sels, Responsable de la sélection pour la France.

Pouvez-vous revenir sur la situation jaunisse cette année en France ? La pression jaunisse reste faible et globalement maîtrisée cette année excepté dans le Sud de Paris ou des parcelles ont été touchées à plus de 50 %. Selon l’ITB, la maladie concernait mi-juillet 43 % des parcelles du réseau d’épidémiosurveillance avec 1,3 % de la surface parcellaire touchée. Situation différente de celle de 2020, très précoce aussi bien en termes d’apparition des symptômes que de gravité et qui avait réduit d’un tiers les récoltes.

Quelle est votre solution pour réduire la perte de rendement ? Chez SESVanderHave, nous privilégions, dans un premier temps, la sélection de variétés productives avec une tolérance modérée à la jaunisse. Des variétés plus tolérantes ont néanmoins été identifiées mais leur productivité reste encore trop faible. Dès 2026, des variétés issues du programme de sélection spécifique à la jaunisse arriveront sur le marché et amèneront une tolérance renforcée. Ces variétés ne seront pas totalement résistantes, elles pourront présenter des symptômes mais limiteront significativement les pertes de rendement même en cas de fortes pression.

SESVANDERHAVE ET L’IfZ ONT IDENTIFIÉ UN GENE DE RESISTANCE AU VIRUS (BChV) DE LA JAUNISSE DE LA BETTERAVE

Quelles sont vos avancées génétiques sur ce critère jaunisse ? Grâce à notre collaboration avec l’Institut de recherche sur la betterave sucrière allemand (l’IfZ), nous avons récemment identifié un gène de résistance au virus BChV (le Beet Chlorosis Virus) de la jaunisse de la betterave sucrière. Nos récentes recherches ont permis de démontrer que les facteurs de sensibilité aux virus de la jaunisse de la betterave sucrière peuvent être efficacement désactivés pour générer une résistance aux virus. Ces travaux permettent d’identifier spécifiquement les variations naturelles dans le patrimoine génétique de la betterave sucrière et de les rendre utilisables pour la culture en temps utile.

Comment cette désactivation de gène est-elle réalisée ? Cette désactivation de gène est une opération complexe. En effet, en partant de travaux sur base cellulaire puis sur plante entière, le gène identifié, rendu inopérant, prévient de manière importante l’implantation d’un des deux polérovirus (le BChV) et donc sa multiplication dans les cellules de betteraves.

Pourquoi avez-vous choisi de ne pas breveter votre découverte ? SESVanderHave et l’IfZ ne détiennent aucun brevet sur le gène identifié et s’engagent à partager leurs résultats avec l’ensemble de la communauté scientifique et de sélection. SESVanderHave a choisi
de ne pas breveter les gènes natifs, qui ne sont pas considérés comme des inventions dans l’Union Européenne. Nous pensons que cette approche stimulera d’autres recherches, profitant ainsi à l’ensemble de la filière dans un objectif commun de proposer des solutions viables face à la jaunisse.

Que va apporter cette découverte ? SESVanderHave a investi et continue d’investir de manière signifi- cative dans la recherche sur ce sujet important et s’engage à poursuivre les développements par des investissements continus. Cette découverte offre un grand potentiel pour les programmes de sélection de la betterave sucrière dans le monde entier. L’identification d’un tel gène de résistance offre la possibilité d’effectuer une recherche ciblée des variantes de ce gène dans le matériel génétique de la betterave sauvage. Elle permet également d’identifier des gènes ayant des fonctions similaires. Ce type d’avancées nous permet de réduire de 40% le temps de développement de nouvelles solutions génétiques.

Quand ces génétiques pourront-elles être disponibles ? Bien que SESVanderHave ait anticipé, il faut encore attendre quelques années afin de profiter de ce gène de résistance dans les variétés commerciales.

Le Catalogue Variétés SESVanderHave pour vos semis 2024 est disponible !

Retrouvez dans ce catalogue les caractéristiques techniques de nos variétés pour vos semis 2024 !
Pour le parcourir, cliquez sur l’image ci-dessous et n’hésitez pas à solliciter nos équipes commerciales pour tout complément.

Semis Betteraves 2023

Jaunisse virale: la sélection confirme ses objectifs!

Chez SESVanderHave, la sélection variétale contre la jaunisse virale suit une belle trajectoire, conforme à nos objectifs initiaux :
1 – Proposer des variétés à haut potentiel de productivité.
2 – Sélectionner des solutions pérennes contre les principaux virus responsables de la jaunisse virale (en particulier le BYV).
3 – Proposer une gamme couvrant l’ensemble des segments du marché français : Rhizomanie, Forte Pression Rhizomanie, Nématodes, Rhizoctone brun, maladies du feuillage.
Les données de 2022 issues de notre programme SESVanderHave et des travaux collectifs au sein du projet Flavie nous permettent désormais de planifier l’arrivée de ces solutions :
– Dès 2024, une première génération de variétés permettra de réduire significativement l’impact de la jaunisse virale sur le rendement.
– Dès 2026, une deuxième vague de variétés sera développée, caractérisée par un niveau de résistance à la jaunisse virale renforcée.
Feuilletez dès à présent notre catalogue variétal, pour identifier les variétés adaptées à votre exploitation pour la prochaine campagne et n’hésitez pas à nous solliciter en cas de besoin.

La quête de la résilience, les variétés de betterave sucrière à l’épreuve du temps.

Hendrik TSCHOEP

Interview de Hendrik TSCHOEP, Directeur de la recherche SESVanderHave.

L’agriculture mondiale est aujourd’hui confrontée à d’importants nouveaux défis. Les besoins alimentaires sont en augmentation dans un monde où les terres, l’énergie et l’eau sont sous contraintes. Le changement climatique, la limitation des produits de protection des plantes et les freins à l’utilisation de nouvelles techniques de sélection rendent l’équation plus complexe encore. Les projets “Farm to Fork” de l’Union Européenne et “Farm Bill” aux États-Unis intègrent bien cette indispensable conciliation de la durabilité de l’agriculture avec l’impérative fourniture alimentaire.

Quels sont les objectifs de SESVanderHave concernant la transition agro-écologique ?
Pour contribuer à cette transition agro-écologique, SESVanderHave intègre ces objectifs dans sa stratégie de R&D pour concevoir et fournir de nouvelles variétés de betterave sucrière. Nous investissons continuellement pour maintenir notre capacité de R&D et nous assurer qu’elle est en phase avec cette transition. Technologies de sélection de pointe, analyses de données massives, bio-informatique, technologies de télédétection et le traditionnel travail sur le terrain sont nos outils essentiels et complémentaires. Notre principal objectif est de développer de nouvelles variétés de betterave sucrière plus productives présentant une résistance accrue aux ravageurs et aux maladies et une empreinte environnementale plus faible. La prochaine génération de variétés de betterave sucrière devra également être plus robuste, adaptée à de multiples stress environnementaux tels que la sécheresse, tout en nécessitant moins d’intrants tels que l’azote. Notre département R&D joue un rôle crucial dans la fourniture des variétés et solutions innovantes, robustes et résilientes.

Comment faire face au changement climatique ?

La pénurie d’eau pourrait devenir l’un des problèmes majeurs de l’agriculture. Le changement climatique entraîne des conditions météorologiques plus extrêmes, avec des périodes de chaleur et de sécheresse plus intenses et plus longues, ce qui impacte les rendements et la sécurité alimentaire au niveau mondial. L’imprévisibilité des événements climatiques et leur fréquence accrue rendent impérative la sélection de variétés capables de faire face à ces changements. Il est essentiel de permettre aux agriculteurs de choisir des variétés capables de tolérer le manque d’eau.

Nos betteraves sucrières présentent déjà partiellement cette caractéristique.

Comment répondre au défi des jaunisses virales ?

Jaunisse betterave

Depuis l’interdiction des néonicotinoïdes, les jaunisses virales sont un défi majeur dans le Nord-Ouest de l’Europe. Sélectionner des variétés tolérantes et/ou résistantes à la jaunisse est un défi de taille car la maladie comprend au moins quatre virus (BYV, BMYV, BChV et BMtV) et au moins 2 vecteurs aériens. Les résistances à ces virus doivent être combinées pour fournir une solution durable. Au cours de la dernière décennie, SESVanderHave a anticipé la menace et relancé la sélection avant même qu’une interdiction des NNI ne soit envisagée. Nos investissements dans la recherche sur les virus et leurs vecteurs, dans une série de méthodologies (outils de détection, plateformes de phénotypage, capacités de production de virus…) associés à plusieurs collaborations universitaires) sont les pré-requis pour relever le défi. Nous l’avons fait. Nous avons testé le comportement de plusieurs milliers de génétiques au champ et en serre. Plusieurs sources de tolérance et résistance ont été clairement identifiées, elles sont désormais intégrées dans nos programmes de sélection commerciale. Nous devrions être en mesure de livrer nos premières variétés tolérantes à la jaunisse en 2024. Nous préconisons de les associer à d’autres mesures de lutte pour prolonger leur durabilité afin de créer une solution intégrée contre la jaunisse (le triptyque Génétique – Agronomie – Protection des Cultures).

Et concernant les nématodes à kystes ?

Nématode à kystes

Outre la sécheresse et la jaunisse, SESVanderHave continue de travailler notamment sur les nématodes à kystes de la betterave. De réels progrès en termes de productivité sont constatés depuis quelques années au sein de notre génétique, que nous pouvons désormais associer à d’autres critères comme la tolérance à la cercosporiose, à la sécheresse ou encore la Forte Pression Rhizomanie.

SESVanderHave, grâce à ses investissements en recherche, est aujourd’hui incontournable sur ce segment.

Quelle est votre conclusion ?
La betterave et sa filière font face à bon nombre de contraintes qui interagissent mais nous pouvons sélectionner avec une approche systémique et plus résiliente. Il n’existe pas de solution unique à une menace qui est, par essence, multiple. Les agriculteurs, instituts et l’industrie doivent promouvoir une approche intégrée qui exploite la génétique (variétés plus résistantes), la gestion des cultures et la prochaine génération de produits phytosanitaires. Aujourd’hui, nos réseaux d’essais variétaux se concentrent sur l’évaluation du rendement et des caractéristiques de certains parasites et maladies dans des environnements hautement contrôlés et optimisés. Nous travaillons en étroite collaboration avec les sucreries et les instituts pour qu’ils adoptent une vision globale, qu’ils surveillent les nouvelles menaces et qu’ils travaillent avec nous à l’élaboration de solutions intégrées alliant durabilité, résilience et, surtout, rentabilité pour tous. Ce faisant, nous garantirons une culture robuste à faible niveau d’intrants, ce qui est devenu une nécessité dans ce contexte nouveau.

De nombreux défis attendent la culture de la betterave sucrière et SESVanderHave possède les outils, la créativité et surtout les équipes pour en relever beaucoup.