Biogaz en Italie : les cultures dérobées de betteraves sucrières en développement

Les premières unités de méthanisation se sont mises en place en Italie en 2009. Aujourd’hui, on compte 2130 unités avec cogénération d’électricité (dont 1640 agricoles) et 20 unités à injection avec production de biogaz (dont 3 agricoles).

La betterave a un réel rôle à jouer dans l’alimentation de ces unités et la culture en dérobé se développe avec les avantages suivants :

– Faibles coûts de culture (Pas de fongicides et insecticides, pas d’irrigation)

– Couverture du sol pendant les mois d’hiver.

– Élimination mécanique des montées à graines possible.

– Couverture du sol pendant les mois d’hiver.

– Élimination mécanique des montées à graines possible.

– Production élevée de matière sèche avec une très haute biodégradabilité.

– Stockage en couches avec des céréales d’automne-hiver avec une meilleure digestibilité du triticale par exemple

– Améliore la richesse énergétique de la ration.

– Apport en eau important de la culture au niveau du digesteur.

– Amélioration énergétique maximale de l’ensilage.

– Un sol parfaitement structuré pour la prochaine culture.

En Italie, SESVanderHave recommande des variétés à haute tolérance à la vernalisation et de type riche qui font de très bons rendements (110-130 t/ha de racines), l’objectif étant d’avoir la plus grande quantité de matière sèche par hectare.

La betterave est une vraie alternative pour les producteurs de biogaz italiens, inscrite dans une démarche de durabilité et permettant une alimentation du digesteur toute l’année.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.